Si Truss démissionne elle pourrait être remplacée par … Boris Johnson !

EUR

Nous apprenions lundi via le porte-parole de l’Union Européenne que si la Pologne ne réforme pas son système judiciaire, elle ne percevra pas la plupart des 75 milliards d’euros de fonds de développement qui lui sont destinés jusqu’en 2027. En effet, la Commission Européenne accuse le pays de ne pas respecter les normes démocratiques en matière d’indépendance judiciaire et avait déjà gelé 35 milliards d’euros attribués à la Pologne dans le cadre d’un plan de relance post-covid. Hier, le Premier Ministre polonais Mateusz Morawiecki s’est exprimé lors d’une conférence de presse en affirmant ne pas penser que « ces fonds soient en danger », tout en précisant que « les premiers fonds affluent déjà ».

GBP

D’après une enquête publiée hier par le très célèbre institut YouGov, la Première Ministre Liz Truss serait vue défavorablement par 80% des britanniques, tout juste un mois après sa nomination ! Même le très impopulaire Boris Jonhson est vu favorablement par 29% des britanniques, c’est-à-dire presque 3 fois plus que Liz Truss. Son rival lors de l’élection du mois dernier, l’ancien Ministre des Finances Rishi Sunak, est quant à lui vu favorablement par 37% des britanniques.  Seuls 10% des britanniques auraient une opinion favorable de la cheffe du gouvernement – une donnée en baisse par rapport aux 15% affichés quelques jours plus tôt. Parmi ceux qui avaient voté en faveur du parti Conservateur en 2019, 20% uniquement approuvent les actions de Truss. Il est également à noter que 55% des membres du parti Conservateur voudraient que la Première Ministre démissionne contre 38% qui souhaiteraient qu’elle reste en poste : un ratio relativement similaire à celui de Boris Johnson la veille de son départ (59%/36%). Autre fait surprenant, si Truss était amenée à céder à la pression et quitter son poste, les Conservateurs désireraient qu’elle soit remplacée par … Boris Johnson ! En effet, 32% d’entre eux seraient en faveur d’un retour de l’ex-Premier Ministre, suivi par 23% qui verraient d’un bon œil la nomination de Rishi Sunak et 10% du Secrétaire à la Défense Ben Wallace.

En parallèle, l’inflation britannique du mois de septembre était publiée ce matin à 10.1% (contre 9.9% en août), un plus haut depuis 40 ans. Les prix à la production du mois de septembre paraissent eux à 15.9%, ce qui laisse donc penser que la pression inflationniste sur les consommateurs pourrait continuer d’augmenter dans les mois à venir.

USD

D’après la déclaration d’un diplomate iranien publiées par Reuters, l’Iran s’est engagé à fournir d’avantage d’équipements militaires à la Russie (notamment des missiles et des drones) dans le cadre d’un accord qui aurait été conclu à Moscou le 8 octobre lors d’une visite d’une délégation iranienne. Le diplomate précise par ailleurs que l’Iran « ne prend pas partie dans la guerre en Ukraine contrairement à l’Occident » et que « l’endroit où sont utilisés [ces équipements militaires] n’est pas le problème du vendeur ». Cette affaire révèle la vulnérabilité de l’armée russe après huit mois de guerre en Ukraine, qui est confrontée à une fonte de ses ressources de combat. Le Ministre russe de la Défense balaye ainsi pour le moment une telle assistance militaire, qui existe pourtant depuis plusieurs mois. D’après certaines sources, des spécialistes iraniens sont même déployés sur le terrain en Ukraine pour éduquer l’armée russe concernant l’utilisation de ces équipements. Du côté des États-Unis, il a été réitéré que des sanctions seraient prises à l’encontre des facilitateurs de transferts d’armements au profit de la Russie. Des mesures similaires pourraient être prises par l’Union Européenne.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Mises en chantier (USD)
17h00 : Discours de Mann (BoE) (GBP)
19h00 : Discours de Kashkari (Fed) (USD)