Royaume-Uni : demi-tour fiscal et budgétaire ahurissant

EUR

D’après les informations du Financial Times, qui ont pu consulter un document préparé par le service des Affaires Étrangère du bloc, les Ministres de l’Union Européenne ont reçu pour instruction de durcir leurs positions vis-à-vis de la Chine. Le pays est considéré comme un « concurrent mondial encore plus fort pour l’UE, les États-Unis et d’autres partenaires ayant la même ligne de conduite » est-il ainsi précisé dans ce document. Il leur a ainsi été recommandé de travailler pour renforcer la cybersécurité et diversifier les chaînes d’approvisionnement.

GBP

Vendredi l’annonce de la destitution du Ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, à peine quelques semaines après sa nomination, a totalement relancé la livre sterling face à ses contreparties. La néo-Première Ministre Liz Truss a en effet cherché à calmer les marchés, qui avaient très mal accueilli le plan budgétaire ultra-expansionniste dévoilé deux semaines auparavant. Le coût de la dette britannique s’était envolé et la livre sterling avait coulé, notamment face au dollar.

Dans la foulée, un nouveau Chancelier a été nommé en la personne de Jeremy Hunt. Ce dernier a d’ailleurs annoncé dès ce lundi, soit deux semaines plus tôt que prévu, les mesures fiscales et budgétaires qui permettront de subvenir aux dépenses supplémentaires engendrées par le plan de relance de Liz Truss… qui s’est donc vu totalement remanié. Concrètement, alors que les coupes fiscales offerts aux citoyens et entreprises britanniques devaient initialement être de 45 milliards de livres sterlings, ces dernières ne seront plus que de 13 milliards. La mesure phare qui consistait à bloquer le prix des énergies pendant deux ans a notamment été réduite à six mois et la situation sera revue en avril 2023. Cette marche arrière est un des plus gros échecs de politique économique de l’histoire du Royaume-Uni ! Fait encore plus ubuesque : alors que la baisse prématurée et immédiate du taux d’imposition de base a finalement été annulée, il n’est désormais même plus prévu de le faire en 2024 comme cela avait été planifié initialement par Rishi Sunak, qui n’est autre que l’ancien Ministre des Finances et surtout le rival de Truss lors de la course à la succession de Boris Johnson. Truss, qui avait fait de sa promesse de réduire l’imposition plus que son adversaire son fer de lance, s’est donc déjà totalement désavouée après seulement un mois au pouvoir !

USD

Le Président américain Joe Biden a déclaré samedi « ne pas être inquiet à propos de la vigueur actuelle du dollar », mais plutôt « du manque de croissance économique et de mesures pertinentes dans les autres pays ». Selon lui, l’économie américaine « est forte comme jamais » malgré l’inflation qui est un phénomène « mondial » et pas propre aux États-Unis.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

17h00 : Discours de Lane (BCE) (EUR)
21h00 : Discours de Nagel (Bundesbank) (EUR)