Royaume-Uni : 90% des plus de 75 ans sont vaccinés !

EUR

En France, le nombre de patients hospitalisés est en baisse. D’après Santé Publique France, 27 995 patients atteints du Covid-19 se trouvaient dans les hôpitaux hier, ce qui représente 116 patients de moins que mardi. Parmi ces patients 3 277 sont en réanimation, soit 3 personnes de moins que la veille.

Rapporté à sa démographie le Portugal est devenu le pays le plus touché par le Covid-19, tant en nombre de décès que de nouveaux cas. En solidarité, l’Allemagne a livré 150 lits médicaux, 50 appareils respiratoires et a ramené des effectifs humains (18 infirmiers et 8 médecins). La Ministre de la Santé portugaise Marta Temido a salué cette aide précieuse: « c’est un nouvel exemple de la solidarité européenne, de la solidarité entre deux pays de l’Union Européenne, qui a déjà bénéficié à d’autres et dont bénéficie aujourd’hui le Portugal. Voilà comment s’est fait l’Europe. Voilà comment on fait face aux grandes difficultés ».

GBP

Le Secrétaire d’État à la Santé Matt Hancock saluait hier le fait que le Royaume-Uni dépassait le cap symbolique des 10 millions de premières doses injectées : « une réalisation incroyable ». Il ajoutait que « les vaccins sont notre porte de sortie dans cette pandémie » et que « le gouvernement britannique avait travaillé rapidement pour sécuriser et livrer les doses dans l’entièreté du pays, démontrant la force de son Union et de ce que l’on peut réaliser ensemble » … un clin d’œil aux indépendantistes écossais ! Ce chiffre faramineux de 10 millions de vaccinations représente presque 1 personne sur 6 dans le pays, 1 adulte sur 5 et 90% des plus de 75 ans. Le cap des 15 millions de vaccinations à la mi-février semble toujours atteignable, et à ce stade 88% des individus concernés par des décès liés au Covid seraient vaccinées, ce qui jouerait un rôle crucial dans la mission de désengorger le NHS (ndlr : le système de santé britannique). Un réel succès pour la campagne de vaccination britannique, qui avait commencé le 8 décembre.

Par ailleurs, Hancock appuyait la décision du gouvernement d’inoculer le vaccin Oxford/AstraZeneca à tous les groupes d’âges, contrairement à certains autres pays (comme la France ou encore l’Allemagne). « Mon opinion c’est que l’on doit écouter ce que disent les scientifiques », expliquait-il aux micros de la BBC Radio. Il ajoutait que selon une étude publiée ces derniers jours, il « est absolument clair que le vaccin d’Oxford n’est pas juste efficace, il est très efficace ! ». Cette dernière affiche en effet le fait que le produit présente un taux d’immunisation de 76% dans les trois mois qui suivent la première injection. Rappelons que l’Université d’Oxford estime que le France et l’Allemagne se méprennent : selon elle, s’il manque des données pour connaître l’exactitude de la protection octroyée sur les groupes d’adultes plus âgés, l’efficacité n’est plus à démontrer.

Malgré tout, le Premier Ministre Boris Johnson avertissait hier que le niveau d’infection était encore « incroyablement élevé » et qu’il était trop tôt pour assouplir les restrictions actuelles. Pour essayer de réduire au maximum cette transmission, les experts de la santé publique au Royaume-Uni préconisent aux ministres de cibler les futures vaccinations dans les zones sensibles où la maladie menace de devenir incontrôlable.

USD

Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas quotidien est en baisse dans les 50 Etats. Au cours de ces dernières 24 heures, c’est tout de même 127 618 contaminations qui ont été recensées ainsi que 3 820 décès. Le groupe de travail de la Maison Blanche sur le virus s’est déclaré confiant dans la capacité du gouvernement Biden à atteindre son objectif de 100 millions de vaccins en 100 jours. À ce jour, un peu plus de 26 millions de personnes ont reçu une première injection.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)
20h00 : Discours de Daly (Fed) (USD)