Omicron : reconfinement partiel en Norvège

EUR

Le Ministre français de l’Économie Bruno Le Maire déclarait hier que la croissance 2021 devrait être meilleure que les prévisions officielles, fixées à 6.25%, et ce malgré une forte inflation qui pèse sur le pouvoir d’achat des ménages. Rappelons que la Banque de France avait elle rehaussé ses prévisions la semaine dernière, à 6.7%, contre 6.3% en septembre et 5.8% en juin.

Sur le front de la pandémie il est à noter que, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le pays pourrait accentuer son contrôle aux frontières « dans les prochains jours » pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, où la mutation Omicron est désormais fortement répandue et se propage à une vitesse folle.

En Norvège les restrictions sanitaires vont monter d’un cran en raison de la menace Omicron. Le Premier Ministre local Jonas Gahr Stoere annonçait ainsi hier sa quatrième suite de mesures en un laps de temps de seulement deux semaines, pour ce qui sera donc désormais perçu comme un reconfinement partiel. « Il n’y a aucun doute, le nouveau variant change la donne » annonçait ainsi Stoere. Parmi les nouvelles mesures, les bars et les restaurants ne pourront plus servir d’alcool, les salles de sport se verront fermées et le protocole sanitaire dans les écoles est renforcé. Alors qu’il était prévu que la banque centrale norvégienne rehausse ses taux lors de sa réunion de cette semaine, les cartes sont désormais rebattues, et la couronne s’affaiblissait de 0.9% dans la foulée de cette annonce.

GBP

Le Royaume-Uni enregistrait hier officiellement son premier décès lié à Omicron et selon le Vice-Premier Ministre Dominic Raab, actuellement 10 personnes sont hospitalisées au sein du territoire d’une forme grave de cette mutation.

Malgré ces inquiétantes nouvelles, le rapport sur la santé économique du pays publié hier par la Bank Of England s’est voulu rassurant. On y lit notamment que les banques anglaises sont suffisamment solides pour soutenir les entreprises ainsi que les ménages face à la crise sanitaire, même dans les « scenarios catastrophes ». Le rapport stipule également que les foyers britanniques sont restés résiliants face à la crise et que l’épargne des ménages n’a jamais été aussi élevée. Pour autant, la banque centrale ne devrait normalement pas changer sa politique monétaire lors de sa prochaine réunion de jeudi, puisqu’elle devrait d’abord observer l’impact économique qu’aura Omicron et d’éventuelles mesures qui seraient actées.

USD

D’après une étude préliminaire majeure effectuée par la société d’assurance Discovery Health sur les données du monde réelle, il semblerait que deux doses du vaccin de Pfizer/BioNTech protégeraient à hauteur de 70% contre le risque d’hospitalisation en Afrique du Sud ces dernières semaines. L’échantillon étudié est de 211 000 individus testés positifs au COVID-19 entre le 15 novembre et le 7 décembre, dont 78 000 cas d’Omicron « estimés » (et non confirmés!). Cette étude donne ainsi une indication du danger que peut représenter Omicron et de l’efficacité avérée, même si limitée, qu’ont deux doses de vaccin contre la mutation. Rappelons par ailleurs que la protection contre les hospitalisations pour le variant Delta était elle supérieure à 90%. Enfin, autre inquiétude majeure, il semblerait que les enfants soient désormais 20% plus vulnérables durant cette quatrième vague que durant la première vague de 2020, et ce malgré un taux d’incidence très faible.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Prix à la production (USD)
14h55 : Indice Redbook (USD)