L’UE n’arrive pas à s’accorder quant au plafonnement du prix du pétrole russe

EUR

Ce matin paraissait les chiffres du PIB allemand. La première économie d’Europe montre une belle surprise puisque la progression attendue trimestriellement et annuellement a été meilleure que le consensus pour atterrir à respectivement +0.4% et +1.2%.

Lors d’une réunion qui a eu lieu hier, les États de l’Union Européenne ont encore échoué à s’accorder concernant le plafonnement du prix du pétrole russe. L’objectif est de limiter Moscou dans sa capacité à financer la guerre en Ukraine. Si les membres du G7 souhaitent un plafonnement entre 65 et 70$ le baril, des divergences d’intérêt entre les pays de l’Union Européenne entrainent des débats qui annihilent toutes prises de décision pour le moment. En effet 6 des 27 pays s’opposent à un plafonnement des prix tandis que la Pologne, la Lituanie et l’Estonie considèrent le niveau trop élevé et souhaite voir un baril à 30$.

GBP

L’Irlande du Nord est sans gouvernement depuis le début de l’année. Le parti unioniste démocratique pro-britannique avait protesté contre les accords commerciaux post-Brexit en boycottant l’assemblée régionale. Sans gouvernement, c’est donc Londres qui prend la gestion avec notamment l’établissement du budget nord-irlandais comme annoncé dans un communiqué par le Secrétaire du gouvernement Chris Heaton-Harris. Par ailleurs Londres gagne du temps en repoussant la date limite de tenue d’élections pour continuer de négocier avec l’Union Européenne les protocoles commerciaux avec l’Irlande du Nord.

James Cleverly, le Ministre des Affaires Étrangères du Royaume-Uni, s’est rendu aujourd’hui à Kiev pour rencontrer le Président ukrainien Volodymyr Zelensky. Au cours de sa visite, Cleverly a rappelé le soutien financier de Londres en annonçant un complément de plusieurs millions de livres sterling pour aider l’Ukraine à reconstruire ses infrastructures, notamment ses écoles, abris et hôpitaux, mais aussi concernant le programme d’approvisionnement alimentaire de l’ONU.

USD

Hier était un jour férié aux États-Unis : Thanksgiving. Depuis une caserne de pompiers dans le Massachusetts, le Président américain Joe Biden a déclaré que son gouvernement était en pleines négociations avec les travailleurs des chemins de fer américains qui menacent le pays d’une grève. Celle-ci pourrait geler près de 30% des expéditions de marchandises américaines et coûter jusqu’à 2 milliards de dollars par jour aux États-Unis.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

18h00 : Discours de De Guindos (BCE)