L’OMS alerte de la reprise du COVID-19

EUR

Lors d’une adresse au Bundestag, le Parlement allemand, le Président ukrainien Voldymyr Zelensky a demandé au Chancelier local Olaf Scholz de briser le mur entre ce qu’il a décrit comme « l’Europe libre et l’Europe contrainte ». Zelensky n’a par ailleurs pas hésité à expliquer que l’Allemagne avait sa part de responsabilité, en isolant l’Ukraine de par ses relations commerciales avec la Russie et son soutien au projet gazier désormais interrompu Nord Stream 2.

GBP

La Bank of England dévoilera aujourd’hui l’actualisation de sa politique monétaire. Elle devrait ainsi remonter son taux directeur principal, à 0.75%. Si cela ne devrait pas surprendre les investisseurs, c’est d’éventuelles déclarations quant à l’impact économique de la guerre en Ukraine qui seront surveillées (et notamment les répercussions au niveau de l’inflation).

USD

L’Organisation Mondiale de la Santé s’inquiétait hier de la reprise mondiale de l’épidémie de COVID-19, demandant ainsi aux nations de rester vigilantes à l’égard du virus. En effet, après un mois de déclin, les cas mondiaux sont repartis à la hausse la semaine dernière (+8%), alors que différents pays en Asie reconfinent. C’est notamment le sous-variant d’Omicron, l’hautement transmissible BA.2, qui semble responsable. Le Directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus souligne la gravité de la situation puisque les infections remontent alors même que « certains pays ont réduit le nombre de tests effectués ». L’organisation met également en cause le faible taux de vaccination dans certains pays ainsi que « la forte désinformation ». Au niveau régional, c’est donc la région Ouest-Pacifique qui est la plus impactée (+25% de cas sur une semaine).L’Afrique a elle enregistré +12%, pendant que l’Europe voyait les cas augmenter de 2%. Certains experts s’inquiètent malgré tout de la situation sur le vieux continent, où les cas augmentent depuis le début du mois de mars en Allemagne, en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Comme prévu, la Fed a relevé hier son taux d’intérêt principal pour la première fois depuis 2018 – d’un quart de point de pourcentage. L’institution s’est montrée inquiète des conséquences inflationnistes liées à la guerre en Ukraine, qui surpassent même les risques inhérents à la pandémie.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h00 : Déclaration de politique monétaire de la BoE (GBP)
13h30 : Permis de construire (USD)
14h00 : Discours de Schnabel (BCE) (EUR)