L’inflation ralentie fortement aux USA !

EUR

Alors qu’elle importait en 2021 45% de son charbon depuis la Russie, l’embargo de l’Union Européenne sur le charbon russe approuvé il y a quatre mois est entré en vigueur la nuit dernière, dans un contexte de fortes tensions énergétiques. C’était la première mesure européenne visant le secteur des énergies russes. Le bloc a depuis également mis en place un embargo progressif jusqu’à fin 2022 sur le pétrole russe.

GBP

L’économiste en chef de la Bank of England Huw Pill a déclaré hier que le Royaume-Uni ne constatera l’impact entier de la hausse des taux directeurs qu’en 2023.

USD

C’est une véritable bouffée d’air frais : l’inflation américaine a ralenti plus que prévu en juillet aux États-Unis. Alors qu’elle était attendue à +0.2%, contre +1.3% en juin, ce qui aurait déjà été la plus forte baisse mensuelle depuis 2005, le chiffre est finalement tombé à 0.0%. La politique monétaire de la Fed semble donc porter ses fruits, mais c’est aussi la baisse du prix de l’essence à la pompe, paru ce jeudi au plus bas depuis le mois de mars et en baisse de plus de 20% depuis le pic du mois de juin, qui soulage la pression sur le coût de la vie outre-Atlantique. Pour autant, les membres de la Fed estiment qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin et qu’il est nécessaire de continuer à augmenter les taux directeurs. C’est ce que déclarait hier le Président de la Fed de Minneapolis Neel Kashkari qui pense que « rien n’a changé » et que la Fed doit relever son taux à 3.9% d’ici la fin d’année et à 4.4% d’ici fin 2023 (contre 2.25-2.5% actuellement) ! Son homologue de la Fed de San Francisco Mary Daly est sur la même longueur d’onde puisqu’elle expliquait dans la foulée dans une interview au Financial Times qu’il était trop tôt pour « déclarer victoire » dans la lutte contre l’inflation, tout en évoquant la possibilité d’une nouvelle hausse de 75 points de base du taux directeur de la banque centrale lors du meeting de septembre. De son côté, le Président de la Fed de Chicago Charles Evans déclarait que l’institution devrait probablement monter son taux à 3.25-3.5% cette année et 3.75-4% d’ici la fin de l’année prochaine – des prévisions en ligne avec ce qu’exposait le Président de la Fed Jerome Powell lors de la dernière réunion monétaire. Rendez-vous le 21 septembre pour connaître la suite de l’histoire !

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h00 : Rapport mensuel de l’OPEP (USD)
14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)