L’inflation en zone euro pour le mois de juin ralentie !

EUR

Le COVID-19 continue de faire du zèle en France en raison de la propagation du très contagieux variant Delta. On y recensait 12 500 contaminations ce dimanche. C’est le troisième jour d’affilé pour lequel les cas se maintiennent au-dessus du seuil des 10 000. Le Secrétaire d’État chargé des Affaires Européennes Clément Beaune expliquait d’ailleurs ce matin sur les antennes de BFM TV que l’application d’un nouveau couvre-feu n’était pas à exclure si les infections continuaient de grimper. Le pays va d’ailleurs adopter une posture claire à propos de cette nouvelle vague : renforcer ses restrictions vis-à-vis des voyageurs non-vaccinés et ouvrir ses portes aux voyageurs vaccinés, expliquait le Premier Ministre Jean Castex hier. Ainsi, dès aujourd’hui, les individus non-vaccinés en provenance d’Espagne, du Portugal, de Chypre, des Pays-Bas, de Grèce ou encore du Royaume-Uni devront fournir un test négatif de moins de 24 heures avant de rentrer sur le territoire français, contre 48 heures auparavant pour les voyageurs britanniques et 72 heures pour les autres. À l’inverse, les personnes vaccinées n’auront plus de tests à fournir car « le vaccin est efficace contre le virus » déclarait Castex.

Au niveau économique, l’inflation en zone euro pour le mois de juin publiée par Eurostat samedi sous sa version définitive, tablait sur un léger ralentissement à 1.9%, sous l’objectif de la Banque Centrale Européenne (fixé à plus de 2%). Alors que le mois de mai affichait +2%, si l’inflation venait à baisser davantage ou alors à stagner, l’euro pourrait s’affaiblir davantage puisque cela signifierait sûrement que la banque centrale ne modifierait pas de sitôt sa politique monétaire, à l’inverse de ce qui pourrait être pratiqué à moyen terme par la Fed ou encore la Bank of England.

GBP

Le FTSE 100, indicateur boursier de référence outre-Manche, tombait ce lundi à son plus bas niveau depuis 2 mois sur fond d’inquiétudes relatives à la pandémie et au très grand nombre de cas recensés au Royaume-Uni. Dimanche, c’est 48 161 nouvelles contaminations qui étaient comptabilisées (316 691 sur 7 jours, en hausse de 43.3%). Pour autant, avec 25 décès (283 sur 7 jours, en hausse de 39.4%), les formes sévères semblent être contenues. 87.9% des adultes du pays ont reçu au moins une dose et 68.3% leur deux doses. Ce lundi marque ainsi la levée des dernière restrictions en place.

Le Ministre de la Santé Sajid Javid déclarait ce lundi qu’alors que « le pays apprenait à vivre avec le virus, il était important de s’assurer que le personnel de santé puisse continuer à fournir un soutien total aux patients ». Pour ce faire le gouvernement a annoncé ce matin la possibilité pour les soignants entièrement vaccinés de ne plus avoir à s’isoler après avoir été exposé à quelqu’un de positif au virus, afin de réduire la pression mise sur le NHS (le système de santé britannique). Les personnes éligibles devront cependant être testées négativement au virus et effectuer des tests journaliers durant la période pendant laquelle ils auraient dû s’isoler.

USD

Les ventes au détail principales américaines pour le mois de juin ont augmenté bien plus que ce qui était anticipé par le consensus. Prévues à +0.4%, c’est une croissance de 1.3% qui a finalement été constatée !

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

12h00 : Discours d’Haskel (GBP) (BoE)
12h00 : Rapport mensuel de la Bundesbank (EUR)