L’inflation à son plus haut niveau depuis la création de l’euro !

EUR

L’inflation sur un an au sein de la zone euro a de nouveau explosé en novembre, à 4,9 %, alors qu’elle était déjà à 4.1% au mois d’octobre. Jamais Eurostat n’avait enregistré un tel chiffre depuis la création de l’euro il y a plus de vingt ans. La posture de la Banque Centrale Européenne et de sa Présidente Christine Lagarde est claire puisqu’elle souhaite pour le moment maintenir sa politique monétaire, sous peine de pénaliser la relance, et risque encore plus de s’engouffrer dans cette stratégie avec l’apparition du variant Omicron. D’autre part, certains facteurs semblent être hors du contrôle de la banque centrale, telle que la hausse des prix de l’énergie (environ 30% sur un an). Cependant, avec l’inflation qui ne cesse de grimper, la pression est plus forte que jamais sur l’institution, dont la prochaine réunion se tiendra le 16 décembre.

En Allemagne, la nouvelle vague pandémique fait rage. L’Institut Robert Koch recensait ce matin pas moins de 67 186 nouveaux cas de COVID-19. C’est également le nombre de décès qui est alarmant : 446, un plus haut depuis le 18 février. Les gouvernements fédéraux et régionaux se sont accordés mardi pour intensifier la lutte contre cette quatrième offensive du virus, en acceptant notamment d’augmenter la cadence de la campagne de vaccination et de restreindre les contacts sociaux pour les non-vaccinés.

GBP

Au Royaume-Uni, le Premier Ministre Boris Johnson s’est fixé comme nouvel objectif de proposer une dose de rappel de vaccin contre le COVID-19 à tous les adultes d’ici la fin janvier. Cela signifie que les efforts de vaccination devraient augmenter d’un rythme de 1 million de doses par semaine. Le pays a d’ores-et-déjà enregistré 22 cas du nouveau variant Omicron. 32% des britanniques âgés de 12 ans et plus ont reçu leur dose de rappel. Johnson en a également profité pour annoncer qu’un nouveau confinement était pour le moment « improbable ».

USD

En fin d’après-midi, le dollar regagnait de la vigueur sur les marchés suites aux remarques très attendues du Président de Fed Jerome Powell. Depuis quelques semaines, il est attendu que la Réserve Fédérale réajuste rapidement sa politique monétaire pour contre la pression inflationniste grandissante aux États-Unis. Or, depuis le début de la semaine les investisseurs doutaient d’une éventuelle prochaine action de la Fed au regard des risques liés à l’apparition du variant Omicron, potentiellement ultra-transmissible. Si celui-ci venait à entraîner de nouveaux confinements, il mettrait en péril la reprise économique constatée depuis quelques mois et de fait impliquerait un soutien nécessaire de la banque centrale américaine. Il aurait donc été logique que la Fed adopte une posture attentiste face à cette mutation. Powell a dans son discours d’hier tenu des propos qui clarifient la position de l’institution : l’inflation reste une priorité et n’est plus perçue comme étant « transitoire ». Selon lui, il sera même approprié d’évoquer lors de la réunion du mois prochain (fixée pour le 15 décembre) de l’arrêt prématuré des rachats d’actifs. Par ailleurs, il estime que le timing semble parfait car la Fed disposera de davantage d’informations d’ici-là quant au variant Omicron afin d’évaluer son niveau de menace réel, qui sera d’après Powell très loin de ce que le Monde a subi en mars 2020. En conclusion, le combat contre l’inflation reste pour le moment la priorité de la Fed… une vision qui semble favorable au dollar.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h15 : Créations d’emplois non agricoles ADP (USD)
15h00 : Discours de Bailey (BoE) (GBP)
16h00 : Discours de Powell (Fed) (USD)
20h00 : Beige Book de la Fed (USD)