L’Europe trop dépendante des États-Unis ?

EUR

Le Premier Ministre hongrois Viktor Orban a déclaré ce vendredi toujours être opposé à la mise en place d’un taux d’imposition mondial minimum, en expliquant être inquiet sur les conséquences que cela aurait sur le marché du Travail au sein de son pays. En effet, rappelons que la Hongrie a fortement bénéficié de son régime fiscal réputé bas (l’impôt sur les sociétés y est de 9%) pour attirer des investissements, et qu’une telle politique pourrait donc nuire à son économie.

Selon les propos tenus par la Première Ministre finlandaise Sanna Marin ce matin, la guerre en Ukraine a démontré que l’Europe est trop dépendante des États-Unis pour sa sécurité. « Les États-Unis ont donné à l’Ukraine beaucoup d’armes, d’importantes aides financières et humanitaires : l’Europe n’est pas suffisamment forte pour le moment » expliquait-elle. Elle estime ainsi qu’il est nécessaire que l’Europe développe ses infrastructures de défense, notamment quant à la production d’équipements militaires. Marin avait déjà déclaré il y a deux semaines que l’Europe était actuellement trop dépendante des technologies chinoises et qu’il était nécessaire d’investir davantage dans certains domaines, telle que l’intelligence artificielle.

GBP

La livre sterling est à son plus fort niveau depuis cinq mois face au dollar et enregistre quatre semaines consécutives de gains. Si la tendance est principalement guidée par l’affaiblissement du dollar dans un contexte où la Fed pourrait changer de cap monétaire, ses fluctuations face à l’euro semblent suivre la même direction, bien que dans une amplitude plus faible.

USD

Pour la première visite d’État de sa Présidence, Joe Biden avait accueilli le Président français Emmanuel Macron. Les deux dirigeants ont dans le cadre de cet évènement réitéré leur engagement à soutenir l’Ukraine pour la dure période hivernale qui l’attend. Biden a expliqué « être prêt à parler avec Monsieur Poutine s’il montre un intérêt à trouver une manière de terminer cette guerre » en ajoutant que « pour le moment ce n’était pas le cas ». De son côté Macron s’est montré plus coopératif en déclarant qu’il continuerait à parler à Poutine pour « tenter d’empêcher une escalade des tensions et obtenir des résultats très concrets », notamment au sujet des risques liés aux centrales nucléaires.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h00 : Discours de De Guindos (BCE) (EUR)
14h30 : Salaire horaire moyen (USD)
14h30 : Créations d’emplois non-agricoles (USD)
14h30 : Taux de chômage (USD)
16h15 : Discours d’Evans (Fed) (USD)