Les négociations continuent entre la France et le Royaume-Uni

EUR

Hier, le Président de la république Emmanuel Macron a déclaré lors de la réunion COP26 qui se tient à Glasgow, vouloir d’abord laisser la chance aux négociations avec la Grande-Bretagne. En effet, l’obtention des licences de pêche fait débat et la France a mis en place des sanctions qui devait entrer en vigueur ce matin. Faute d’accord, les contrôles douaniers sur les camions en provenance du Royaume-Uni seront intensifiés et les chalutiers britanniques seront interdits d’accostage dans les ports français. Les deux parties ont jusqu’à jeudi pour trouver un terrain d’entente.

Par ailleurs entre l’Union Européenne et la Pologne, le bras de fer est toujours en cours. En effet, le bloc a demandé à la Pologne d’annuler certaines de ses réformes judiciaires pour accéder à plusieurs milliards d’euros d’aide de relance économique. Qualifiant de « chantage » les pratiques de Bruxelles, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, en marge de la conférence de presse de la COP26, estime que cette retenue de fonds européens met en danger sa transformation énergétique. En effet, l’énergie du pays est fournie à hauteur de 70% par l’industrie du Charbon.

GBP

Le gouvernement Britannique a fait la promesse de financer à hauteur de 4,11 milliards de dollars sur 5 ans des investissements écologiques et des projets d’infrastructures propres dans les pays en voie de développement. Il accordera des garanties supplémentaires à la Banque Mondiale afin de financer des projets qui s’inscrivent dans une démarche durable d’une valeur d’un milliard de dollars en Inde notamment la fabrication de véhicules électriques. A cela s’ajoute une volonté du gouvernement de financer des obligations écologiques au Viêt Nam ainsi que l’énergie solaire au Burkina Faso, au Pakistan, au Népal et au Tchad.

De plus, une enquête réalisée par l’agence de presse Reuters en collaboration avec les sites de recrutement a démontré que le nombre de demandeurs d’emplois Outre-Manche n’a pas fortement augmenté, malgré la fin du programme d’aide par le gouvernement britannique. De fait, ces constatations sont de nouveaux arguments en faveur d’une hausse des taux d’intérêts pour la Bank of England. Néanmoins, il manque certaines données, c’est pourquoi la Banque centrale estime qu’il vaut mieux attendre encore avant de changer la politique monétaire.

USD

Lors de son discours devant les dirigeants du monde entier présent à Glasgow, le Président américain Joe Biden a absolument tenu à rassurer en indiquant que les Etats-Unis tiendraient leur promesse de réduction de 50% les gaz à effet de serre d’ici l’horizon 2030. Reconnaissant être à la traine, il souhaite que les Etats-Unis prennent la tête de la transition écologique. Aussi il a avancé que les pays développés devaient davantage soutenir les pays en développement afin de faire face aux changements climatiques.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

12h20 : Indice du coût de l’emploi (USD)
14h00 : Discours de Balz de la Bundesbank (EUR)
21h30 : Stocks hebdomadaires de brut (USD)