Le Royaume-Uni approuve le vaccin de Pfizer et BioNTech

EUR

Hier la chancelière allemande Angela Merkel statuait sur la santé économique de la première économie européenne : « la pandémie nous fera reculer économiquement ». Selon elle, la pandémie amène plus de pouvoir à l’Asie, qui a déjà entamé sa reprise économique. Elle l’explique car des pays comme la Chine et de la Corée du Sud bénéficient de populations qui ont facilement accepté le port du masque et les restrictions sanitaires mises en place.

De son côté, lors d’une conférence commune avec le Premier Ministre belge, Emmanuel Macron a évoqué une première phase de vaccination dédiée « aux publics les plus sensibles » qui commencera « dès que possible » et une seconde « plus large » au printemps.

GBP

Alors qu’une levée partielle de confinement est prévue aujourd’hui au Royaume-Uni, le premier Ministre Boris Johnson a demandé urgemment aux législateurs de soutenir son projet de restrictions régionales. Faisant face à des critiques acerbes au sein de son propre parti, il a défendu son projet selon lequel il s’agit du seul moyen de garder le virus sous contrôle. Ainsi, la nuit dernière le vote passait à 291 voix pour et 78 voix contre. La nouvelle classification verra donc 23 millions de personnes attribuées au tier 3 du système de restriction, soit le niveau le plus strict, 32 millions seront dans le tier 2 et 700 000 dans le tier 1.

L’excellente nouvelle de ce matin est évidemment l’approbation obtenue par le vaccin de Pfizer-BioNTech auprès des autorités britanniques de santé. Le pays devance ainsi les États-Unis et l’Europe. Les premières doses devraient commencé à être inoculées aux personnes vulnérables d’ici le début de semaine prochaine, expliquait le Premier Ministre. Dans son communiqué, le régulateur déclare avoir procédé à une revue « la plus rigoureuse possible » du vaccin, sans avoir « pris de raccourci ».

USD

D’après une interview de Joe Biden dans le New York Times, celui-ci ne reviendra pas immédiatement sur l’accord de Phase 1 qu’avait conclu le Président Donald Trump avec la Chine. Il n’agira d’ailleurs pas non plus à court terme pour retirer quelconque barrière douanière. Sa priorité sera d’obtenir du Congrès une généreuse enveloppe budgétaire pour relancer l’économie face au COVID-19. Malgré tout, le Président-élu s’attèlera à poursuivre les efforts de son précédecesseur pour combattre les « pratiques abusives » de la Chine.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

15h00 : Discours de Quarles (Fed) (USD)
15h00 : Discours de Williams (Fed) (USD)
15h00 : Discours de Lane (BCE) (EUR)
16h00 : Discours de Powell (Fed) (USD)
16h00 : Discours de Harker (Fed) (USD)
19h00 : Discours de Haskel (BoE) (GBP)