Le prix du baril continue d’exploser

EUR

Nous attendrons dans la journée d’éventuelles déclarations qui pourraient intervenir en marge de la réunion de l’Eurogroupe. Les Ministres des Finances de la zone euro se réunissent dans un contexte où l’inflation est au cœur des débats, puisque le chiffre du mois de décembre (5%) était du jamais vu depuis la création de la monnaie unique.

GBP

Alors que le nombre de contaminations chutent au Royaume-Uni (754 054 cas sur les 7 derniers jours, en baisse de 38%), The Telegraph rapportait hier que le Premier Ministre britannique Boris Johnson prévoit de frapper un énorme coup en matière de législation liée au COVID-19. Ainsi, le pays pourrait dès le Printemps retirer totalement toutes les sanctions légales qui sont prises actuellement en cas de non-respect de la période d’isolation lors d’une infection au virus. Si les recommandations d’isolement resteraient quand même d’actualité, cela serait un pas de plus vers l’« endémisation » de la situation sanitaire tant recherchée par le gouvernement britannique. The Telegraph nous apprenait également que le Plan B, qui avait été introduit le mois dernier afin de freiner Omicron et réintroduisait en partie le télétravail et le port du masque, devrait prochainement être interrompu.

USD

Le programme COVAX co-géré par l’Organisation Mondiale de la Santé, qui avait été lancé en février 2021, et qui a pour objectif de livrer des vaccins contre le COVID-19 aux pays les plus démunis, a annoncé samedi avoir atteint le seuil symbolique du milliard de doses fournies. Malgré cette donnée encourageante les dernières informations de l’OMS soulignent une inégalité dans la distribution de vaccins à travers le monde. En effet, 67% de la population des pays les plus riches est entièrement vaccinée, contre 5% dans les nations les plus pauvres. Par ailleurs, 40% de la population mondiale n’a toujours pas reçu sa première dose. L’objectif de l’OMS est de vacciner 70% de la population des pays les plus pauvres d’ici le mois de juillet.

Le prix du baril continuait de monter en ce lundi matin, alors que les investisseurs anticipent des tensions au niveau de l’offre en raison du contrôle de la production de la part des pays de l’OPEP+ mais aussi car la demande mondiale n’a semblerait-il pas été affectée par le variant Omicron. Le baril de WTI est ainsi au plus haut depuis le mois de novembre pendant le baril de Brent a brièvement atteint son niveau le plus élevé depuis… octobre 2018 ! Respectivement, ils ont pris 5 et 6% sur la seule semaine dernière, alors même qu’il semble acté que la vague d’Omicron sera moins dangereuse que craint initialement.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

11h00 : Réunion de l’Eurogroupe (EUR)
12h00 : Rapport mensuel de la Bundesbank (EUR)