La Russie retire une partie de ses troupes de la frontière ukrainienne

EUR

Le ministère russe de la Défense annonçait ce matin qu’une partie des troupes déployées près de la frontière ukrainienne ont été rappelées à leurs bases après avoir finalisé certains exercices d’entrainement. Une bonne nouvelle qui ne manquera pas d’apaiser les marchés à court terme mais qui ne signifie pas la fin du conflit pour autant. « Nous entendons souvent des propos contradictoires en provenance de Russie » expliquait ainsi le Ministre ukrainien de la Défense Dmytro Kuleba en réponse à la déclaration moscovite, précisant ainsi dans la foulée qu’il « croira à une désescalade » uniquement lorsqu’il « verra la retraite » des troupes. Il est à noter malgré tout que suite à cette annonce positive le rouble gagnait plus d’un pourcent face à l’euro.

Le Chancelier allemand Olaf Scholz se rendra aujourd’hui à Moscou pour échanger avec le Président Vladimir Poutine après avoir rencontré son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev la veille, où ce dernier a réitéré la volonté de son pays d’adhérer à l’OTAN – au risque d’attiser les velléités russes. Accusé d’être jusqu’à présent trop neutre dans le conflit, Scholz a hier monté le ton d’un cran et réaffirmé la volonté allemande d’agir en cas d’attaque russe. « Nous prendrons des mesures d’envergure qui auront d’importantes répercussions sur l’économie russe » expliquait-il ainsi en soulignant qu’il en ferait part à Poutine aujourd’hui. Zelensky en a lui profité pour qualifier le gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 « d’arme géopolitique ». Rappelons que la prédécesseur de Scholz, Angela Merkel, a été durant 16 ans l’interlocuteur clé représentant l’Union Européenne dans les échanges avec Vladimir Poutine. La réunion du jour sera spéciale puisqu’elle sera la première rencontre en personne entre Scholz et le Président russe depuis l’intronisation de l’allemand, même si les deux protagonistes se sont déjà rencontrés par le passé lorsque Scholz occupait d’autres rôles.

GBP

Lors d’un échange téléphonique tenu lundi soir entre le Premier Ministre britannique Boris Johnson et le Président américain Joe Biden, les deux chefs d’État se sont accordés pour faire preuve de davantage de « diplomatie ».

La Ministre britannique des Affaires Étrangères Liz Truss déclarait ce matin qu’une invasion russe de l’Ukraine est hautement probable et pourrait être imminente.

USD

Le Président de la Fed de Saint Louis James Bullard a déclaré ce lundi à CNBC que la Fed devrait relever ses taux directeurs rapidement, pour garder sa « crédibilité ». Selon lui, l’institution doit sous peu remonter son taux principal à 1%.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Prix à la production (USD)