La Hongrie sort de l’accord UE-Pfizer/BioNTech pour les vaccins !

EUR

Initialement prévue pour le 15 juin en France, la vaccination pour toutes les personnes majeures sera finalement ouverte à partir du 31 mai. Le gouvernement avance donc son calendrier de deux semaines, faisait savoir le Premier Ministre Jean Castex en marge de son déplacement d’hier au centre de vaccination de Gagny en compagnie du Ministre de la Santé Olivier Véran. Ce dernier a également précisé que la vaccination serait disponible dès ce lundi 24 mai pour les professions prioritaires, tels que les enseignants, gendarmes, policiers, caissiers ou encore conducteurs de bus. Le gouvernement espère atteindre par cette mesure son objectif de 30 millions de vaccinés d’ici le 15 juin.

De son côté, le Premier Ministre hongrois Viktor Orban déclarait ce matin que dès que le pays atteindrait le cap des 5 millions de vaccinations la plupart des mesures sanitaires restantes seraient levées. « Cela signifie que nous avons vaincu cette troisième vague » célébrait-il. Le port du masque ne sera notamment plus nécessaire en public. Rappelons que la Hongrie est le seul pays de l’Union Européenne à avoir approuvé et utilisé les vaccins russe et chinois en large quantité avant que l’Agence Européenne des Médicaments n’ait pu les examiner et les approuver. Dans le même temps, le pays décidait se retirer de l’accord fraîchement signé entre l’Union Européenne et Pfizer/BioNTech qui porte sur la livraison de 1.8 milliard de doses de leur vaccin jusqu’à 2023. C’est le seul pays du bloc à avoir pris cette décision, apprenait-on d’un porte-parole européen. Le gouvernement hongrois estime notamment disposer de suffisamment de doses actuellement, ce qui peut se comprendre en raison de l’utilisation de produits alternatifs à ceux autorisés dans les autres pays.

D’après les propos tenus hier par Philip Lane, économiste en chef de la Banque Centrale Européenne, l’institution a encore « beaucoup de travail » pour relancer l’inflation vers sa cible de 2%. Selon lui, les inquiétudes des marchés quant à la hausse rapide des prix constatée actuellement sont infondées. Rappelons que l’économie de la zone euro observe une hausse des prix rapide, à son rythme le plus fort depuis des années, en raison d’un important stimulus fiscal et boosté par la hausse du prix du baril de pétrole. Le comité exécutif de la BCE se réunira le 10 juin pour décider de l’action à prendre quant à sa politique monétaire mais, comme au Royaume-Uni et aux États-Unis, les investisseurs estiment que la banque centrale pourrait commencer à lever ses taux directeurs plus tôt que prévu initialement si la trajectoire inflationniste n’était pas amenée à changer prochainement.

GBP

2 874 nouveaux cas de COVID-19 étaient recensés au Royaume-Uni ce jeudi. Le pays n’avait pas connu une telle hausse quotidienne depuis le 19 avril et on ne peut s’empêcher de faire un lien avec l’explosion de cas du variant indien, prétendument très contagieux. Pour autant, sur 7 jours les contaminations sont plutôt stables, s’affichant à 16 107 au total (+0.2%). Les décès, eux, chutent fortement. Avec un total de 50 sur 7 jours, la baisse enregistrée est de 26.5%.

USD

Un accord de cessez-le-feu a été trouvé entre Israël et le Hamas. Ce dernier prend effet dès ce vendredi matin, pour mettre fin à 10 jours de combats incessants faisant plusieurs centaines de morts. L’Égypte a été un artisan incontournable du compromis et est chargée de veiller au respect de la trêve. Le Président américain Joe Biden s’est quant à lui engagé à la poursuite de l’aide militaire des États-Unis envers Israël tout en promettant une aide pour reconstruire Gaza.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h00 : Discours de Lagarde (BCE) (EUR)
14h00 : Discours de Wuermeling (Bundesbank) (EUR)
15h45 : PMI manufacturier et des services (USD)