La Fed officialise qu’elle va “bientôt” agir !

EUR

L’administration a défendu mercredi ses baisses d’impôts et ses dépenses sans précédent liées à la pandémie alors qu’elle présentait son projet pour le budget de 2022, année d’élection présidentielle. Ainsi, les dépenses publiques seraient amenées à augmenter au minimum de 12 milliards d’euros, soit de 0.8%. En vrac : 2 milliards seront utilisés dans l’aide à la rénovation énergétique, 1.5 milliard dans le cadre d’un plan d’investissement massif pour la ville de Marseille, 600 millions d’euros seront alloués aux chèques énergie afin d’aider les ménages face à la flambée des prix du gaz, du baril et de l’électricité, 400 millions pour le développement des réseaux de transports en commun… Le Ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a aussi annoncé que les dépenses de soutien aux entreprises durant la crise se sont avérées finalement inférieures de 8 milliards d’euros à ce qui avait été initialement prévu, et que cette somme sera en conséquence utilisée en grande partie afin de réduire le déficit.

GBP

Les indicateurs économiques parus ce matin outre-Manche ne manqueront pas de créer des maux de tête au gouvernement britannique. On apprenait ainsi que les secteurs manufacturier et des services au Royaume-Uni étaient une nouvelle fois en bien moindre expansion que prévu au mois de septembre, d’après l’institut de référence Markit … enregistrant ainsi leur quatrième mois consécutif de baisse. En cause, toujours la pression de la hausse des prix, les problèmes liés à l’approvisionnement et le manque de main d’œuvre. La question du ralentissement de la relance au Royaume-Uni est plus que jamais d’actualité.

En parallèle, la Bank of England officialisera ce jour sa décision quant à sa politique monétaire. Si aucun changement concret n’est attendu pour le moment, le compte-rendu du comité exécutif sera attentivement surveillé. Les analystes estiment notamment des signaux indiquant que les achats d’actifs pourraient s’arrêter d’ici la fin de l’année, afin de justement contrer la pression inflationniste.

USD

C’est officiel, la Fed a décidé de maintenir sa politique monétaire inchangée. Pour autant, de nombreux éléments sont à retenir du discours tenu hier par Jerome Powell, son Président ! Tout d’abord, la banque centrale américaine a revu à la hausse sa prévision d’inflation 2021 communiquée en juin, qui était déjà très élevée. Elle s’attend ainsi désormais à une hausse des prix pour cette année de 4.2%, contre 3.4% précédemment. Celle-ci devrait ralentir à 2.2% en 2022 (+0.1 point par rapport à l’estimation de juin), signe que celle-ci ne serait que « transitoire ». La Fed a également revu à la baisse la croissance américaine de cette année, et table désormais sur une hausse du PIB de 5.9% (contre 7% estimé en juin), mettant en cause la reprise des contaminations au COVID-19. Pour l’année prochaine, la croissance devrait être de 3.8% (+0.3%). Enfin, l’institution a communiqué sur un point très attendu par les marchés : le fait qu’elle pourrait « bientôt » commencer à diminuer ses achats d’actifs si « les avancées économiques se poursuivent ».

En conséquence, le dollar continuait de se renforcer durant la nuit, avant de corriger. La paire EURUSD a même chuté à son plus bas niveau depuis le 19 août 2021, à quelques points de flirter avec les niveaux de novembre 2020 ! Si la baisse venait à s’enfoncer, la paire de devises la plus échangée sur les marchés mondiaux pourrait aller chercher de nouveaux plus bas.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

12h00 : Décision de politique monétaire (BoE) (GBP)
12h00 : Discours de Wuermeling (Bundesbank) (EUR)
14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)
15h45 : PMI (USD)