La BCE, conservatrice, la BoE avant-gardiste !

EUR

Les investisseurs avaient hier les yeux rivés sur la réunion de politique monétaire de la Banque Centrale Européenne et attendaient particulièrement les commentaires de sa présidente Christine Lagarde. L’institution a estimé que les progrès de la reprise économique permettaient pour le moment de continuer la réduction progressive de ses achats d’actifs. Elle mettra ainsi définitivement fin au fameux « PEPP » (ce programme d’urgence lancé dans le cadre de la pandémie) en mars 2022. Toutefois, elle n’exclut pas de revenir sur cette décision à l’avenir selon l’évolution du virus et de la situation économique au sein de la zone euro. Lagarde explique en effet qu’il est, au regard du contexte, important de « maintenir une certaine flexibilité » car « la diffusion des variants créée de l’incertitude ». Les taux directeurs restent eux comme attendu inchangés et la BCE prévoit que cela sera le cas pour toute l’année 2022. Le banque centrale se montre donc prudente et estime qu’il ne faut pas brusquer la relance fragile, ce malgré l’inflation dépassant largement l’objectif de 2%. D’ailleurs, elle revoit en parallèle ses prévisions d’inflation pour 2022, à 3.2%.

D’après l’étude allemande de l’institut Ifo publiée ce vendredi matin, le climat des affaires en Allemagne chute pour le sixième mois consécutif en décembre. Cette tendance est dictée par les pénuries constatées dans la chaîne d’approvisionnement, avec 10% des entreprises allemandes qui ont été contraintes de fermer temporairement selon l’institut, mais aussi par les nouvelles mesures sanitaires prises en réponse à la propagation du nouveau variant Omicron. L’horizon est bien incertain outre-Rhin, et la mission du nouveau gouvernement s’annonce ardue !

GBP

Pour le deuxième jour consécutif le Royaume-Uni enregistre un record de contaminations au COVID-19. Jeudi, c’est pas moins de 88 376 nouveaux cas qui étaient ainsi détectés, soit environ 10 000 de plus que la veille. Le professeur Chris Whitty, principal conseiller scientifique du gouvernement, a de nouveau appelé la population à se faire vacciner très rapidement. En effet, même si le variant Omicron semble moins féroce que ses prédécesseurs, il est bien davantage transmissible et cela pourrait se faire ressentir sur les admissions en hôpital, qui risquent de se multiplier dans les semaines à venir.

Contre toute attente la Banque of England est devenue hier la première banque centrale majeure au monde à relever ses taux d’intérêt depuis la crise du Coronavirus, prenant ainsi le pas sur la Fed. C’est donc la deuxième fois en six semaines que la BoE surprend les investisseurs. En effet, à l’époque ils s’attendaient à une hausse des taux d’intérêt de sa part, que le comité exécutif n’avait finalement pas acté. Hier, alors que les attentes étaient désormais pour un maintien de la politique monétaire inchangée en raison de l’apparition du variant Omicron et donc d’un climat sanitaire et économique incertain, la banque centrale n’a pas flanché, à 8 votes contre 1. Seule Sylvana Tenreyro a voté contre. L’institution a préféré tacler l’inflation qui « inquiète à moyen terme », en augmentant ses taux de 0.1% à 0.25%, et ce même si le gouverneur Andrew Bailey avoue que l’impact économique d’Omicron se fait déjà sentir. À un horizon de 3 ans, il est probable que le resserrement de la politique monétaire soit « modeste », sauf si l’inflation venait à être une menace plus forte et persistante qu’anticipé. Enfin, il est important de noter que le comité exécutif de la BoE a voté à l’unanimité pour un maintien de son programme de rachats d’actifs.

USD

Le Sénat américain a adopté ce jeudi une loi visant à interdire les importations en provenance de la région chinoise du Xinjiang dans le cadre des mesures prises par Washington pour lutter contre le traitement réservé par Pekin à la minorité musulmane ouïghoure du pays. La Chambre des représentants a adopté le projet de loi à l’unanimité alors que républicains et démocrates se disputaient à ce sujet depuis des mois. Les républicains avaient accusé les démocrates de ralentir la législation puisque qu’elle aurait potentiellement compliqué le programme d’énergie renouvelable du Président Biden car la Chine fournit une grande partie des matériaux pour les panneaux solaires.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

19h00 : Discours de Waller (Fed) (USD)