Indépendance de l’Écosse : nouvelles tensions avec Londres

EUR

Rafael Grossi, le Responsable de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (branche de l’ONU), a rencontré une délégation russe à Istanbul ce mercredi dans l’optique d’échanger quant à la sécurité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. Alors qu’elle est sous contrôle russe depuis le mois de mars elle a été de nouveau bombardée ce week-end, faisant craindre une potentielle catastrophe nucléaire. Grossi s’était d’ailleurs inquiété à la suite de ces attaques au regard de l’instabilité de la situation, soulignant qu’un « danger sans précédent » n’était pas à exclure.

GBP

À l’unanimité de ses cinq juges, la Cour Suprême britannique a clarifié ce mercredi que « le Parlement écossais n’a pas le pouvoir législatif pour organiser un referendum d’indépendance » sans l’accord du Parlement britannique ; mettant un réel coup d’arrêt aux nationalistes écossais désireux de tenir un vote dès l’année prochaine. Rappelons qu’en 2014 les écossais avaient rejeté l’indépendance à 55%, mais les nationalistes estiment que depuis le Brexit aurait drastiquement changé le donne puisque la majorité des électeurs locaux souhaitaient rester au sein de l’Union Européenne et se sentent délaisser par le pouvoir central. Pour autant, comme l’a rappelé à plusieurs reprises la Première Ministre écossaise Nicola Sturgeon, il est nécessaire qu’un nouveau référendum soit organisé de manière totalement légale dans l’optique qu’il soit reconnu internationalement. Se sachant en position de force, Londres met des bâtons dans les roues aux indépendantistes : le gouvernement estime qu’il n’est pas nécessaire d’organiser un nouveau vote, si peu de temps après celui de 2014. En réaction à la décision de la Cour Suprême, Sturgeon a déclaré sur Twitter « qu’une loi qui ne permet pas à l’Écosse de choisir son propre futur sans l’aval de Westminster démontre les failles du Royaume-Uni en tant que partenariat volontaire et va dans le sens de l’indépendance », tout en ajoutant que « dans cette démocratie, notre voix ne pourra pas être mise sous silence ». Londres joue à un jeu dangereux, en faisant monter la colère du peuple écossais. Si on rajoute à ce problème l’instabilité du gouvernement et la crise totale liée au protocole de sortie du Brexit en Irlande du Nord, le pays est plus que jamais fragilisé d’un point de vue politique.

USD

Seront publiées ce soir à 20h les très attendues Minutes de la Fed, qui constituent l’évènement économique le plus important de cette semaine. C’est notamment le fameux « dot plot » qui sera analysé sous tous les angles par les investisseurs. Ce graphique expose les projections des membres de la Fed quant au niveau des taux directeur pour les mois et années à venir. Si celles-ci sont revues à la hausse, alors cela sera un signal haussier pour le dollar.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h00 : Permis de construire (USD)
14h30 : Bénéficiaires réguliers de l’allocation chômage (USD)
14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)
14h45 : Discours de Mann (BoE) (GBP)
15h45 : PMI (USD)
16h30 : Discours de Pill (BoE) (GBP)
20h00 : Minutes de la Fed (USD)