Hausse du prix du gaz en Europe : l’euro atteint de nouveaux plus bas

EUR

Le prix du gaz continue de s’envoler puisque le prix du mégawattheure livré à Rotterdam a augmenté de 14% hier, pour terminer la séance à 276.75 euros. Cette envolée est corrélée aux annonces de Gazprom datant de vendredi dernier puisque la société étatique russe avait signalé que les travaux de maintenance continueraient du 31 août au 2 septembre. L’euro a été la principale victime de cette spirale haussière infernale, causée par le risque d’insécurité énergétique qui augmente dangereusement sur le Vieux Continent. La devise européenne s’échangeait d’ailleurs ce matin à un nouveau plus bas face au dollar.

GBP

D’après les données actualisées de l’Office Nationale des Statistiques parues hier, le Royaume-Uni a enregistré sa plus forte contraction économique depuis le « Grand Froid » de 1709 durant l’année 2020, alors que le pays était frappé par la pandémie. Le PIB a ainsi été révisé à -11%, contre -9.3% originellement (ce qui aurait été le bilan le plus mauvais depuis la Première Guerre Mondiale).

USD

Le Ministre saoudien des Énergies, le Prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré hier à Bloomberg que l’OPEP+ se tenait prête à réduire sa production de pétrole pour corriger la chute récente constatée dans le prix du baril – qui avait été causée par les craintes liées à un ralentissement économique, alimentant ainsi le risque inflationniste. Le baril avait chuté de son plus haut niveau de 120 dollars jusqu’à 95 dollars. Rappelons que l’Arabie Saoudite est le plus gros pays producteur de l’organisation et cette déclaration a donc eu un impact direct sur le prix de l’or noir, qui grimpait de pratiquement 2% ce matin.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h55 : Indice Redbook (USD)
15h45 : PMI Services (USD)
16h00 : Ventes de logements neufs (USD)
16h00 : Confiance des consommateurs