Crise énergétique en Europe : l’euro en chute libre

EUR

Les craintes accrues d’une éventuelle crise énergétique qui frapperait l’Europe cet hiver pèsent fortement sur l’euro en ce début de semaine. Alors que la devise unique semblait remonter légèrement jusqu’à jeudi dernier, l’ensemble des gains ont été effacés. L’incertitude quant à l’approvisionnement est avérée et impacte directement les prix des différentes sources d’énergie, et donc par extension l’inflation et la croissance. Même si la Russie n’a pas intérêt à se séparer complètement des achats effectués par l’Union Européenne, les prochaines semaines pourraient être très compliquées pour l’euro avec le désengagement progressif mis en place dans les relations commerciales entretenues avec Moscou.

GBP

Hier, le Royaume-Uni est devenu le premier pays au monde à autoriser un vaccin Covid-19 adapté à la variante Omicron. Celui-ci, développé par Moderna, ouvre ainsi la voie à une campagne de rappel à l’automne. La société pharmaceutique fabriquant les doses depuis des mois, elles devraient donc être disponibles sous peu. Au niveau de l’Union Européenne, les premières approbations de produits similaires sont attendues pour le mois de septembre.

USD

Une délégation bipartisane du Congrès américain conduite par le sénateur démocrate du Massachusetts Ed Markey est arrivée à Taipei dimanche. Il s’agit de la deuxième délégation du Congrès américain à Taïwan ce mois-ci – de quoi susciter de nouveau les foudres de Beijing. La nouvelle délégation, composée de cinq membres, s’est ainsi rendu à Taiwan dans le but de « réaffirmer le soutien des États-Unis » à l’île et « d’encourager la stabilité et la paix dans le détroit de Taïwan », a déclaré un porte-parole de Markey dans un communiqué.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h55 : Indice Redbook (USD)
15h15 : Production industrielle (USD)