COVID-19 : la dramatique situation en Inde

EUR

Face à la virulence du variant indien le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal a annoncé hier que l’Inde rejoignait la liste des pays concernés par des contrôles renforcés aux frontières. Les autorités ont peur de la propagation de la souche doublement mutante sur le sol français. Selon les informations de BFMTV, le Premier Ministre Jean Castex annoncera prochainement la suspension de l’ensemble des vols en provenance d’Inde, qui représentent actuellement environ 1 900 passagers par semaine.

Le Bundestag (ndlr : le Parlement allemand) a adopté hier une loi renforçant les pouvoirs du gouvernement d’Angela Merkel. Celle-ci devrait être ratifiée par la Chambre Haute dès ce jeudi. Désormais, l’État fédéral pourra court-circuiter les gouvernements fédéraux dans la lutte contre le COVID-19. Cette décision passe très mal puisqu’elle va à l’encontre du fédéralisme, si cher aux allemands, perçu comme un garde-fou contre les excès d’un pouvoir centralisé. Cependant, face à l’incohérence des restrictions sanitaires entre les différents Länder, Merkel s’est vue obligée de mettre en application ce tour de vis. Cette loi, en vigueur jusqu’à fin juin, prévoit des mesures croissantes selon le degré de contamination. Au programme on retrouve le traditionnel couvre-feu ainsi que la fermeture des écoles et des commerces non-essentiels. En signe de mécontentement, des manifestations ont éclaté en Allemagne. Plus que jamais la gestion maladroite de la crise par le gouvernement met à mal la popularité de la CDU, le parti de Merkel, qui pourrait faire face à une très grande désillusion dans les élections législatives de septembre.
 

GBP

Le Royaume-Uni enregistrait hier 2 396 cas de COVID-19 et 22 décès lié au virus. Sur 7 jours, la baisse est constante. En effet, les contaminations chutent de 9.4% et les décès de 28.2%. La réouverture de l’économie poursuit sa route avec succès, malgré la menace du variant indien.
 

USD

L’Inde enregistrait hier un inquiétant record mondial : 314 835 contaminations quotidiennes au COVID-19, le total le plus élevé enregistré depuis le début de la pandémie pour un pays. Le record précédent était détenu par les États-Unis avec 297 430 cas. Si le chiffre indien parait impressionnant, la situation devrait empirer dans les semaines à venir. Le nombre total de cas indiens depuis le début de l’épidémie approche des 16 millions, un bien faible pourcentage rapporté à la population totale du pays (estimée à 1.3 milliard). La seconde vague qui frappe le pays semble montrer les limites du faible système de santé. Les hôpitaux au nord et à l’est de l’Inde, notamment dans la capitale de New Delhi, ont alerté les autorités quant aux pénuries d’oxygène imminentes. Plus de deux tiers des structures hospitalières n’ont plus de lits disponibles, peut-on lire sur la base de données en ligne du gouvernement de Delhi. Pour autant, le Premier Ministre Narendra Modi a demandé aux gouvernements d’avoir recours à des confinements qu’en cas de dernier recours.

Dans le même temps, les sociétés chargées d’effectuer les tests en Inde approchent des limites de leurs capacités dans des villes comme Mumbai et New Delhi, avec une demande 4 à 7 fois plus élevée qu’au mois de février. Le gouvernement annonçait qu’1.5 million d’échantillons étaient testés lundi, soit 1 million de plus qu’en début de mois, un chiffre qui parait encore une fois bien trop faible par rapport à la dimension du pays. Dans cette situation, il parait improbable que les chaînes de transmission soient cassées.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h45 : Déclaration de politique monétaire de la BCE (EUR)
14h30 : Conférence de presse de la BCE (EUR)
16h00 : Ventes de logements existants (USD)             
16h30 : Discours de Buch (Bundesbank) (EUR)