Accord avec l’Iran : la solution aux problèmes énergétiques ?

EUR

Dans un discours à l’attention des ambassadeurs français le Président Emmanuel Macron a déclaré ce jeudi qu’il espérait qu’un agrément pour relancer l’Accord de Vienne sur le nucléaire avec l’Iran pourrait être conclu « dans les prochains jours ». Rappelons que cet accord signé en 2015 avait pour but de contrôler le programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive des sanctions économiques qui touchent le pays. Alors que le marché des énergies est plus tendu que jamais, cela pourrait être une étape clé pour résoudre le casse-tête de l’occident qui laisse entrevoir une récession d’ordre mondial. En effet, les différentes parties sont prêtes à faire des concessions pour permettre à Téhéran de reprendre l’exportation de ses hydrocarbures, alors que le pays compte parmi les plus importantes réserves naturelles de la planète. Les exportations de pétrole pourraient ainsi bénéficier d’un coup de boost à très court terme, ce qui permettrait de faire chuter le prix du baril. Au niveau du gaz, même si l’Iran possède la deuxième plus grande réserve mondiale de gaz naturel, les infrastructures actuelles ne sont pas au niveau et ne pourrait malheureusement pas subvenir à la demande à court terme. En cas de levée des sanctions, ces dernières devraient donc d’abord être rénovées et modernisées. Si cela permettrait tout de même de bénéficier d’une légère aide à court terme, l’objectif serait surtout la recherche d’une meilleure sécurité énergétique à plus long terme.

GBP

Liz Truss, la favorite à la succession de Boris Johnson au poste de Premier Ministre, a déclaré dans un article signé d’elle-même et paru hier soir dans le Sun qu’elle ferait le nécessaire pour agir immédiatement afin d’aider les ménages britanniques face à la hausse des prix de l’énergie qui menace leur pouvoir d’achat. Les résultats de l’élection seront annoncés lundi et elle pourrait ainsi prendre ses fonctions dès la semaine prochaine.

USD

Le Président de la Fed d’Atlanta Raphael Bostic a déclaré dans un essai publié mardi soir sur le site de la banque centrale que si les données liées à l’inflation étaient « clairement » encourageantes, alors l’institution pourrait prendre la décision de ralentir le rehaussement de ses taux directeurs. En effet, la Fed avait récemment tablé sur deux hausses de 75 points de base, jugées exceptionnellement fortes, dans l’optique d’endiguer la hausse des prix. Une situation où la Fed agirait de manière moins énergique semble pour autant pour le moment bien utopique.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)
15h45 : PMI manufacturier (USD)
21h30 : Discours de Bostic (Fed) (USD)