10 fois plus de chances de thromboses en étant infecté au COVID-19 qu’avec un vaccin !

EUR

Hier le Ministre allemand de la Santé a appelé les Länder à renforcer rapidement les restrictions sanitaires sans attendre l’adoption d’une modification de la loi. « Nous savons ce qui va arriver si nous n’agissons pas assez rapidement » expliquait-il ainsi. En effet, si le gouvernement a approuvé mardi un durcissement, celui-ci doit encore être ratifié par le Bundestag (le Parlement local). Au cours des dernières 24 heures, le nombre de nouvelles contaminations a bondi de presque 30 000, un chiffre au plus haut depuis le 8 janvier, et on dénombre 293 décès supplémentaires. Ce matin, la Chancelière allemande Angela Merkel incitait les députés à approuver l’amendement rapidement.

Le Danemark déclarait ce vendredi qu’il rouvrirait son économie plus tôt qu’initialement anticipé, en raison de l’accalmie des nouvelles infections au COVID-19. Ainsi, à partir du 21 avril la restauration en intérieur sera de nouveau autorisée, les musées, librairies et centres commerciaux pourront reprendre du service et les fans pourront en partie retourner dans les stades. Rappelons que le pays prévoit de baser sa stratégie de réouverture de son économie sur le « corona-passeport », sa version d’un certificat COVID-19 qui montre si le détenteur a été vacciné, contaminé ou testé dans les dernières 72 heures.

Nous surveillerons aujourd’hui la réunion des Ministres des Finances de la Zone Euro.
 

GBP

D’après une étude britannique publiée hier, le risque d’être victime d’une thrombose serait bien plus grand en étant infecté du COVID-19 qu’en se faisant injecter les vaccins AstraZeneca ou Johnson & Johnson. L’étude effectuée sur 500 000 patients atteints du COVID-19 a trouvé une occurrence de 39 cas de thromboses pour un million d’infections. Un chiffre beaucoup plus élevé que les 5 cas de thromboses pour 1 million d’injections du vaccin AstraZeneca. Selon les chercheurs, le risque serait ainsi 8 à 10 fois plus élevé en marge d’une infection.
 

USD

Le Docteur Anthony Fauci, principal conseiller du gouvernement américain dans la gestion de la pandémie, déclarait hier dans une interview à Reuters que le régulateur américain devrait prochainement donner son aval pour reprendre la vaccination au produit de Johnson & Johnson. Selon lui, cette pause « est une indication que la CDC et la FDA prennent la sécurité des citoyens très au sérieux » mais il « espère que la conclusion de cette affaire soit rapide ». Selon lui, plus longue sera cette pause, plus l’hésitation générale grandira.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

12h00 : Réunion de l’Eurogroupe (EUR)