10 000 cas d’Omicron estimés au Royaume-Uni

EUR

Le Vice-Président de la Banque Centrale Européenne Luis de Guindos déclarait hier que le retour de l’inflation à 2%, qui est le seuil cible de l’institution, sera plus long qu’initialement anticipé. Ce commentaire souligne une certaine crainte quant à la pression haussière des prix, qui pourrait remettre en question la stratégie actuelle de la banque centrale de garder ses taux d’intérêt bas pendant de nombreux mois encore. En conséquence, l’euro se renforçait sur les marchés hier face à ses contreparties, sur fond d’une potentielle action prématurée de la BCE concernant sa politique monétaire. Pour autant, il a malgré tout réitéré dans son allocution que l’institution « estime que l’inflation commencera à redescendre en début d’année prochaine » et à « décélérer davantage à partir du second semestre » 2022.

GBP

C’est finalement arrivé plus tôt que prévu ! Boris Johnson déclarait en juin que le pays se déconfinait totalement et ne reviendrait pas en arrière, en supprimant ainsi depuis l’entièreté des mesures sanitaires. Pourtant aujourd’hui le pays se retrouve comme le reste du globe face à la menace Omicron puisque 568 cas de la mutation y ont été détectés à ce jour selon Johnson. Sans se voiler la face, le Premier Ministre évoquait hier lors d’une conférence de presse le fait que le virus est bien plus développé au sein de la communauté puisque de nombreux cas ne sont pas recensés officiellement. Le Ministre de la Santé Sajid Javid estime d’ailleurs que le nombre d’infections au variant Omicron serait 20 fois plus important que le nombre de cas confirmés, soit environ 10 000. En conséquence, Boris Johnson officialisait hier le recours au « Plan B » en remettant en place des restrictions sanitaires, dans la foulée ce qui avait déjà été entrepris quelques jours plus tôt. Pour le moment, le gouvernement a simplement décidé d’étendre le port du masque (qui avait récemment été réintroduit), d’exiger le pass sanitaire dans certains contextes (jusqu’alors totalement inutilisé) et de fortement conseiller le télétravail. La livre sterling s’est dépréciée face à ses contreparties suite à cette intervention.

USD

Le Sénat américain, à majorité démocrate, a approuvé ce mercredi contre toute attente une mesure soumise par les républicains qui vise à annuler l’obligation vaccinale pour les salariés des entreprises privées qui avait été décidé par le Président Joe Biden. C’est deux sénateurs démocrates qui se sont joints aux républicains pour renverser la balance à 52 voix contre 48. Le texte sera désormais débattu à la Chambre des Représentants, elle aussi dirigée par les démocrates. Si celui-ci est controversé, Biden n’a pas hésité en menaçant d’imposer son veto si le texte n’était pas amené à passer.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)