La cote de popularité de Biden au plus bas

EUR

Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré ce matin en marge de sa visite en Iran que Moscou ne constatait pour le moment aucune volonté de la part de l’Ukraine de répondre à ses engagements pris en mars dans le cadre de ce qu’il décrit comme étant à l’époque un « accord de paix préliminaire presque finalisé ». Selon lui « Kiev n’a à ce jour pas la volonté » d’ « implémenter les accords convenus ». Le dirigeant russe a également expliqué que l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis se sont portés volontaires en tant que médiateurs du conflit. Durant sa visite iranienne, où il a cherché à renforcer ses liens avec un pays lui aussi sous le joug des sanctions imposées par les pays dits de l’Ouest, Poutine a également rencontré le Président turc Tayyip Erdogan afin d’échanger quant à un accord qui permettrait de relancer les exportations céréalières ukrainiennes dans la Mer Noire – qui sont actuellement bloquées par la Russie. En contrepartie, Moscou désire que les sanctions à l’égard des exportations céréalières russes soient levées. Si pour le moment aucun accord n’a été conclu, il a salué le côté positif des négociations de ce qui était la première rencontre en personne entre Poutine et un dirigeant de l’OTAN depuis que la Russie a agressé l’Ukraine.

GBP

Dans le cadre de son premier discours en tant que Chancelier (l’équivalent britannique du rôle de Ministre des Finances), Nadhim Zahawi s’est engagé à ce que le gouvernement parvienne à contrôler l’inflation. Alors que la hausse des prix du mois de juin paraissait ce matin au plus haut depuis 40 ans à 9.4%, contre 9.1% en mai, l’inflation est dressée comme une des trois principales priorités du mandat de Zahawi. Ce dernier a également expliqué désirer mettre en place les conditions idéales pour une relance du secteur privé et dresser une « vision post-Brexit » pour le secteur financier, le tout avec des « finances publiques cohérentes ».

USD

D’après un sondage réalisé conjointement par Reuters et Ipsos, la cote de popularité du Président américain Joe Biden atteint de nouveau cette semaine 36% (-3 points sur une semaine). C’est le plus bas niveau depuis le début de sa prise de fonction il y a 19 mois. À titre comparatif, la popularité la plus basse de Trump avait été de 33% en décembre 2017. Alors que 59% des américains sont en désaccord avec la performance de Biden, l’alarme est sonné dans le camp démocrate puisque les élections de mi-mandat auront lieu le 8 novembre et pourraient se traduire par la perte d’une des chambres du Congrès.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h15 : Discours de Mauderer (Bundesbank) (EUR)